Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Transfiguration, Peinture du Titien, Venise, 16° siècle.

 

2° Dimanche de Carême - 12 mars 2017

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu     (Mt 17, 1-9)

 

En ce temps-là, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère, et il les emmena à l’écart, sur une haute montagne. Il fut transfiguré devant eux ; son visage devint brillant comme le soleil, et ses vêtements, blancs comme la lumière. Voici que leur apparurent Moïse et Élie, qui s’entretenaient avec lui. Pierre alors prit la parole et dit à Jésus : « Seigneur, il est bon que nous soyons ici ! Si tu le veux, je vais dresser ici trois tentes, une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. » Il parlait encore, lorsqu’une nuée lumineuse les couvrit de son ombre, et voici que, de la nuée, une voix disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve ma joie : écoutez-le ! » Quand ils entendirent cela, les disciples tombèrent face contre terre et furent saisis d’une grande crainte. Jésus s’approcha, les toucha et leur dit : « Relevez-vous et soyez sans crainte ! » Levant les yeux, ils ne virent plus personne, sinon lui, Jésus, seul. En descendant de la montagne, Jésus leur donna cet ordre : « Ne parlez de cette vision à personne, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts. »

*

Le peintre, par sa façon d’exprimer le lumière du Christ, semble souligner la distance entre les hommes et le monde divin. Tandis que Dieu habite « une lumière inaccessible » (1° lettre à Timothée 6,16), les hommes restent dans un monde ténébreux : en bas les trois apôtres, Pierre, Jacques et Jean; en haut Moïse (tenant les tables de la loi) à droite du Christ, et Élie à sa gauche. Les apôtres vont devoir quitter leur monde sombre pour accéder à la lumière de la foi au « fils de Dieu », : avant eux, Abraham, le père des croyants, y a été invité : « Quitte ton pays, ta parenté et la maison de ton père, et va vers le pays que je te montrerai. Je ferai de toi une grande nation, je te bénirai,.. En toi seront bénies toutes les familles de la terre. » (Livre de la Genèse 12,1-2, texte lu à la messe de ce 2° dimanche de carême en 1° lecture). Pour les apôtres, il s’agira d’abandonner leur compréhension purement humaine de la Passion de Jésus qui les scandalise : il leur faudra se laisser guider par la Parole sortie de la nuée lumineuse, « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve ma joie : écoutez-le ! ».

 

Comme pour la tentation où Jésus est emporté sur une haute montagne (3° tentation, Mathieu 4,8-10), c’est sur une semblable haute montagne que Jésus révèle sa divinité. Comme lors de la tentation où il affirme se référer à Dieu seul pour le servir, hauteur inaccessible aux hommes, de même lors de la transfiguration il manifeste sa relation unique et incomparable à Dieu. Le Tintoret souligne son enracinement divin selon la parole du Père en peignant Jésus qui montre le ciel inaccessible du regard et de la main gauche. Mathieu fait écho à la réaction du peuple hébreu quittant le Sinaï après la manifestation divine au milieu du tonnerre et des éclairs qui les effrayait : « Je ne veux plus entendre cette voix,.. je ne veux plus voir cette grande flamme, je ne veux pas mourir ! » (Livre du Deutéronome 18,16). L’apôtre Pierre lui-même, à la veille de la transfiguration, ne pourra pas supporter la parole de Jésus annonçant sa Passion et lui dit : « Dieu t’en garde, Seigneur ! cela ne t’arrivera pas. » Mais Jésus, se retournant, dit à Pierre : « Passe derrière moi, Satan ! Tu es pour moi une occasion de chute : tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. » Jésus affirmera par la suite à ses disciples déroutés par ce qui leur parait impossible pour le suivre : « Ce qui est impossible aux hommes est possible à Dieu » (Mathieu 9,26). Mathieu remarque que Jésus s’approcha, les toucha et leur dit : « Relevez-vous et soyez sans crainte ! », comme il a touché et encouragé les malades en les guérissant.

 

Le Titien peint Moïse et Élie selon une attitude différente de celle des apôtres : sans être encore entrés dans la lumière de la résurrection, il sont attiré par elle. Dans ces deux témoins privilégiés pour préfigurer le Christ lui-même, beaucoup ont vu les deux témoins de l’Apocalypse, particulièrement Élie, résistant au x puissances de mal et pourvus de la force divine (Livre de l’Apocalypse 11,3-7). A l’opposé, les apôtres sont peint terrassés et presque comme morts, pas encore attiré par ce domaine lumineux. Il faudra la lumière de la résurrection préfigurée ici pour que tout s’éclaire : « Dieu nous a sauvés,.. non pas à cause de nos propres actes, mais à cause de son projet à lui et de sa grâce… notre Sauveur, le Christ Jésus, s’est manifesté : il a détruit la mort, et il a fait resplendir la vie et l’immortalité par l’annonce de l’Évangile. » (2° lettre à Timothée 1,9-10, texte lu à la messe de ce 2° dimanche de carême en 2° lecture)

 

Cette puissance lumineuse de libération promise ne peut être reçue et reste secrète. Mathieu et Marc insistent sur ce secret (Mathieu 8,4 et Marc 1,34), comme à la fin de passage de Mathieu. C’est seulement par la proclamation de l’évangile du Christ crucifié et ressuscité que sera levé ce secret.

 

Le Psaume 32, lu à la messe de ce 2° dimanche de carême, peut guider une adresse à Dieu :

    Oui, elle est droite, la parole du Seigneur ; il est fidèle en tout ce qu’il fait.

    Il aime le bon droit et la justice ; la terre est remplie de son amour.

 

    Dieu veille sur ceux qui le craignent, qui mettent leur espoir en son amour,

    pour les délivrer de la mort, les garder en vie aux jours de famine.

 

    Nous attendons notre vie du Seigneur : il est pour nous un appui, un bouclier.

    Que ton amour, Seigneur, soit sur nous comme notre espoir est en toi !

Tag(s) : #Images d'Évangile

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :