Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

L’impôt à César. Peinture de Valentin de Boulogne. 16°-17° siècle.

29° Dimanche Ordinaire/22.10.17

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu     (Mt 22, 15-21)

En ce temps-là, les pharisiens allèrent tenir conseil pour prendre Jésus au piège en le faisant parler. Ils lui envoient leurs disciples, accompagnés des partisans d’Hérode : « Maître, lui disent-ils, nous le savons : tu es toujours vrai et tu enseignes le chemin de Dieu en vérité ; tu ne te laisses influencer par personne, car ce n’est pas selon l’apparence que tu considères les gens. Alors, donne-nous ton avis : Est-il permis, oui ou non, de payer l’impôt à César, l’empereur ? » Connaissant leur perversité, Jésus dit : « Hypocrites ! pourquoi voulez-vous me mettre à l’épreuve ? Montrez-moi la monnaie de l’impôt. » Ils lui présentèrent une pièce d’un denier. Il leur dit : « Cette effigie et cette inscription, de qui sont-elles ? » Ils répondirent : « De César. » Alors il leur dit : « Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. »

*

Le peintre met en lumière les visages de Jésus et de l’un de ses interlocuteurs, ainsi que la main du deuxième tenant un denier de César. Leurs visages sont penchés en attitude de violente hostilité. Ils se regardent droits dans les yeux, se scrutant avec intensité.

La main droite de Jésus ne pointe pas la pièce de monnaie : celle-ci ne l’intéresse pas. Elle pointe plutôt vers le sol, tandis que sa main gauche indique sa poitrine. Il est possible de voir dans ces gestes la distinction entre César et Dieu. César, c’est le bas, la terre et ses obligations de vie en société, « ce monde dont la figure passe ». Jésus, foyer de la sagesse divine, révèle la vraie relation à Dieu, celle qui ouvre à sa vie.

En peignant les pharisiens qui émergent à peine de l’ombre et Jésus en pleine lumière, le peintre semble opposer la lumière et les ténèbres, la sagesse et la perversion. Les adversaires de Jésus veulent l’entrainer vers des prises de position politiques partisanes, pour ou contre les romains qui occupent le pays. Lui leur oppose la référence fondamentale en toute chose : en cette affaire, où est votre amour de Dieu et des hommes? Est-ce le soucis de ce que Dieu aime qui vous guide ? Jésus invite à revenir à cette parole : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton esprit… Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » (Mathieu 22,37-39). Il dévoile ainsi la perversion des ses adversaires et appelle à la conversion.

Tag(s) : #Images d'Évangile

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :