Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Les noces de l’Agneau (Apocalypse). Miniature, Trinity College, Cambridge. 13° siècle.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu     (Mt 22, 1-14)

En ce temps-là, Jésus se mit de nouveau à parler aux grands prêtres et aux pharisiens, et il leur dit en paraboles : « Le royaume des Cieux est comparable à un roi qui célébra les noces de son fils. Il envoya ses serviteurs appeler à la noce les invités, mais ceux-ci ne voulaient pas venir. Il envoya encore d’autres serviteurs dire aux invités : ‘Voilà : j’ai préparé mon banquet, mes bœufs et mes bêtes grasses sont égorgés ; tout est prêt : venez à la noce.’ Mais ils n’en tinrent aucun compte et s’en allèrent, l’un à son champ, l’autre à son commerce ; les autres empoignèrent les serviteurs, les maltraitèrent et les tuèrent. Le roi se mit en colère, il envoya ses troupes, fit périr les meurtriers et incendia leur ville. Alors il dit à ses serviteurs : ‘Le repas de noce est prêt, mais les invités n’en étaient pas dignes. Allez donc aux croisées des chemins : tous ceux que vous trouverez, invitez-les à la noce.’ Les serviteurs allèrent sur les chemins, rassemblèrent tous ceux qu’ils trouvèrent, les mauvais comme les bons, et la salle de noce fut remplie de convives. Le roi entra pour examiner les convives, et là il vit un homme qui ne portait pas le vêtement de noce. Il lui dit : ‘Mon ami, comment es-tu entré ici, sans avoir le vêtement de noce ?’ L’autre garda le silence. Alors le roi dit aux serviteurs : ‘Jetez-le, pieds et poings liés, dans les ténèbres du dehors ; là, il y aura des pleurs et des grincements de dents.’ Car beaucoup sont appelés, mais peu sont élus. »


*

Comme souvent, l’évangile de Mathieu a un aspect d’allégorie : cette parabole des invités aux noces fait allusion aux « banquet des noces de l’agneau », accueil des élus à la fin des temps. Ceci est généralement présent dans les évangiles, dès qu’il s’agit de noces. C’est ce que les auteurs de la miniature anglaise proposent de regarder. Il n’est pas question de négliger l’histoire même de la parabole. Mais il est possible de la gouter à partir du but que Dieu poursuit dans l’histoire humaine : ce qui lui tient à cœur par dessus tout, cette union du Christ et de l’humanité tant désirée.

L’image nous montre les deux convives. Au centre est placé l’agneau, symbole du Christ mort et ressuscité, comme il est présenté au début de l’Apocalypse ; « Il a remporté la victoire, le lion de la tribu de Juda, le rejeton de David… Et j’ai vu,.. un Agneau debout, comme égorgé... » (Apocalypse 5,5-6).  C’est lui « la pierre angulaire » sur laquelle Dieu bâtit son peuple. Près de lui, l’épouse, symbole de cette humanité sauvée et purifiée. L’Apocalypse conclut ses révélations ainsi : « Soyons dans la joie, exultons, et rendons gloire à Dieu ! Car elles sont venues, les Noces de l’Agneau, et pour lui son épouse a revêtu sa parure. » (Apocalypse 19,7). Cette humanité nouvelle y est présentée à la fois comme la nouvelle Jérusalem et comme l’épouse : « La Ville sainte, la Jérusalem nouvelle, je l’ai vue qui descendait du ciel, d’auprès de Dieu, prête pour les noces, comme une épouse parée pour son mari. » (Apocalypse 21,2).

A côté d’eux, un serviteur tient, en hauteur, une coupe, symbole du sang versé par amour de cette humanité rénovée : « Il n’y a pas de plus grand amour que donner sa vie pour ceux qu’on aime » disait Jésus (Jean 15,13). Tout autour des serviteurs apportent les plats du banquet. D’autres jouent d’instruments de musique. Ce symbole du banquet est celui de l’aboutissement de l’œuvre de Dieu. Isaïe l’annonçait : « Le Seigneur préparera un festin pourtours les peuples ; il essuiera les larmes sur tous les visages,.. il enlèvera le voile de deuil sur toutes les nations… » (Isaïe 25, 6-10). Le Psaume 22 reprend cette annonce : « Tu prépares la table pour moi devant mes ennemis.., ma coupe est débordante. Grâce et bonheur m'accompagnent tous les jours de ma vie ;  j'habiterai la maison du Seigneur » (Psaume 22,5-6). Cette louange au Seigneur y fait écho dans bien des Psaumes : « Criez de joie pour le Seigneur… Jouez pour lui sur la harpe à dix cordes… Les projets de son coeur subsistent pour toujours… lui qui forme le coeur de chacun, qui pénètre toutes leurs actions » (Psaume 32,1-2.11.15).

Dans cette perspective, la conclusion de Jésus, à la fin de la parabole, prend toute sa vigueur. Deux attitudes qui font rater l'invitation à la noce. La première consiste à ne pas s'intéresser à l'œuvre de Dieu et à lui préférer sa recherche égoïste à son petit bonheur : qui à son champ, qui à son commerce, qui à sa propre famille,.. La deuxième, après avoir laissé ses occupations personnelles, répond à l'invitation, mais le cœur n'y est pas : en ne s'habillant pas du vêtement de noce, en méprisant ainsi le sens profond de invitation, l'homme expulsé ne s'est pas habillé le cœur et est passé à côté de la vraie relation offerte (Cf. Livre de Malachie 3, 13-20).

Tag(s) : #Images d'Évangile

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :