Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Guérison belle-mère de Pierre. Mosaïque du 12° siècle. S.Sauveur in Chora, Istanbul.

5° dimanche ordinaire / 4 février 2018

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc     (Mc 1, 29-39)

En ce temps-là, aussitôt sortis de la synagogue de Capharnaüm, Jésus et ses disciples allèrent, avec Jacques et Jean, dans la maison de Simon et d’André. Or, la belle-mère de Simon était au lit, elle avait de la fièvre. Aussitôt, on parla à Jésus de la malade. Jésus s’approcha, la saisit par la main et la fit lever. La fièvre la quitta, et elle les servait. Le soir venu, après le coucher du soleil, on lui amenait tous ceux qui étaient atteints d’un mal ou possédés par des démons. La ville entière se pressait à la porte. Il guérit beaucoup de gens atteints de toutes sortes de maladies, et il expulsa beaucoup de démons ; il empêchait les démons de parler, parce qu’ils savaient, eux, qui il était. Le lendemain, Jésus se leva, bien avant l’aube. Il sortit et se rendit dans un endroit désert, et là il priait. Simon et ceux qui étaient avec lui partirent à sa recherche. Ils le trouvent et lui disent : « Tout le monde te cherche. » Jésus leur dit : « Allons ailleurs, dans les villages voisins, afin que là aussi je proclame l’Évangile ; car c’est pour cela que je suis sorti. » Et il parcourut toute la Galilée, proclamant l’Évangile dans leurs synagogues, et expulsant les démons.

*

Cette mosaïque illustre le premier moment de l’Évangile de ce dimanche, la guérison de la belle-mère de Pierre. Au centre, bien en évidence, Jésus avec son auréole en forme de croix : il saisit la main de cette femme et la relève; il tient, en main gauche, le rouleau du livre de la Parole : cette guérison est la Parole en œuvre. A droite, cette femme clouée au lit qui se relève et, derrière elle, son gendre, Pierre : d’un geste, celui-ci montre la situation. A gauche, en arrière de Jésus, témoins de son action et la commentant, Jean et Jacques cités par Marc dans le texte (Jean est signalé par la façon habituelle de le représenter à cette époque : il est imberbe).

Cette guérison semble être l’annonce de ce qui va suivre. Dans l’évangile de Marc, les guérisons de « tous ceux qui étaient atteints d’un mal ou possédés par des démons » sont les signes qui indiquent toute la mission de Jésus : « Proclamer l’Évangile ..: le règne de Dieu est tout proche » (Marc 1,14). La proclamation de Jésus est avant tout active : advient ce qu’il atteste. Marc conclut cette première délivrance de la journée, la belle-mère de Pierre, par ces mots : « et elle les servait »; elle peut alors assumer ses responsabilités et ses prérogatives de mère et de maitresse de maison qui a soucis de ses invités. C’est bien à cette libération, après le coucher du soleil alors que le sabbat est fini, que Jésus se consacre. L’évangéliste en citant ce trait, « elle les servait », ne souligne-t-il pas les fruits de la guérison espérés par Jésus : vivre pour aimer comme lui.

Marc souligne de trois façons que cette œuvre de Jésus s’enracine dans les intentions profondes de Dieu son Père. D’abord les disciples témoignent de sa prière personnelle, hors de toute norme : une relation unique. Après quoi, Jésus se révèle dans la suite de la révélation au peuple hébreu : il « proclame l’Évangile dans leurs synagogues » : c’est à ce peuple rassemblé qu’il est envoyé (Mathieu 15,24). Enfin, Jésus révèle son combat et celui de Dieu son Père pour délivrer les hommes du mal qui les aliène et les empêche de vivre dans « la liberté des fils de Dieu » (Lettre aux Romains 8,21) : en « expulsant les démons »

A propos de cette expulsion des démons, Marc insiste : « Il empêchait les démons de parler, parce qu’ils savaient, eux, qui il était ». Jésus semble refuser l’enseignement de ceux qui « savaient » : il se soucie bien plus de la foi vivante de ceux qui « accueillent sa parole », afin qu’ils se laissent guider par la Parole de Dieu pour assumer librement leurs responsabilités (Marc 4,3-20).

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :