Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Vitrail de la cathédrale de Laon. 13° siècle.

Dimanche de la Résurrection / 1° avril 2018

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean  

Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin ; c’était encore les ténèbres. Elle s’aperçoit que la pierre a été enlevée du tombeau. Elle court donc trouver Simon-Pierre et l’autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit : « On a enlevé le Seigneur de son tombeau, et nous ne savons pas où on l’a déposé. » Pierre partit donc avec l’autre disciple pour se rendre au tombeau. Ils couraient tous les deux ensemble, mais l’autre disciple courut plus vite que Pierre et arriva le premier au tombeau. En se penchant, il s’aperçoit que les linges sont posés à plat ; cependant il n’entre pas. Simon-Pierre, qui le suivait, arrive à son tour. Il entre dans le tombeau ; il aperçoit les linges, posés à plat, ainsi que le suaire qui avait entouré la tête de Jésus, non pas posé avec les linges, mais roulé à part à sa place. C’est alors qu’entra l’autre disciple, lui qui était arrivé le premier au tombeau. Il vit, et il crut. Jusque-là, en effet, les disciples n’avaient pas compris que, selon l’Écriture, il fallait que Jésus ressuscite d’entre les morts. (Jn 20, 1-9).

*
Ce vitrail présente les trois personnages du récit de l’évangile de ce dimanche. Ils sont dessinés dans le tombeau : de gauche à droite, Pierre, Marie-Madeleine et le disciple que Jésus aimait, tous les trois auréolés, comme sont dessinés tous les disciples de Jésus à cette époque. En suivant le déroulement du récit, c’est d’abord Marie-Madeleine, près du centre : elle porte un voile vert et montre de la main le tombeau qu’elle a découvert, vide; puis Pierre, penché, à droite, examine attentivement les linges qui ont enveloppé le corps de Jésus, séparés du suaire roulé à part, à gauche; enfin Jean, à gauche, entrant le dernier par la porte rouge derrière lui : sans un geste, il regarde. En haut à droite, une lampe rouge donne au tombeau un aspect de sanctuaire.

Les places des trois personnages sont significatives, si l’on compare avec les places habituelles réservés dans les vitraux de cette époque illustrant la crucifixion. D’abord les linges tenus par Pierre pendent à la verticale, au centre, à la place de la croix de Jésus, absent. Marie-Madeleine, témoignant de ce qu’elle est venue annoncer aux disciples, se trouve à la place donnée habituellement au centurion témoin de la mort de Jésus et disant : « Vraiment, cet homme était Fils de Dieu ! »  (Marc 15,39). Pierre est placé à la gauche de Jésus crucifié (à notre droite) : c’est la place du croyant Juif qui n’est pas encore arrivé à la foi au Christ. Par contre, Jean se trouve à la droite du crucifié (à notre gauche) : c’est la place du païen qui accède à la foi; sans parole, le vitrail renvoie texte de l’évangile : « Il vit, et il crut. »

L’évangéliste Jean, selon son habitude, insiste sur un « signe » : le tombeau vide. A ce signe, il associe la foi des témoins, ici Jean qui « vit et crut ». C’est ainsi qu’il présente souvent les actes de Jésus : des signes symboliques qui invitent les spectateurs à croire en Lui. Le premier de ces signes est comme un modèle : les noces de Cana où les disciples, à la vue du signe de l’eau changée en vin, « crurent en lui » (Jean 2,1-11). Entre autres, c’est le cas de la guérison du paralytique (Jean 5,1-42), de l’aveugle-né (Jean 9,1-40), ou la résurrection de Lazare (Jean 11,1-47), etc…

C’est sur cette foi en Christ, envoyé du Dieu vivant, que grandit l’opposition de ses adversaires. L’évangéliste Jean le souligne par ses mots de la fin du texte : « Selon l’Écriture, il fallait que Jésus ressuscite ». « Selon l’Écriture », c’est l’expression de la foi au Dieu de l’Alliance du peuple Hébreu : son accomplissement, dans la vie et les actes de Jésus, est le « signe » que celui-ci est bien le « Témoins Fidèle » de Dieu, et donc fiable. Il s’en est expliqué lui-même à la suite de la guérison du paralytique. Après cette guérison, il s’adresse à ses adversaires incrédules et leur dit : « Vous scrutez les Écritures parce que vous pensez y trouver la vie éternelle ; or, ce sont les Écritures qui me rendent témoignage, et vous ne voulez pas venir à moi pour avoir la vie !.. Je vous connais : vous n’avez pas en vous l’amour de Dieu. » (Jean 5,39-42). « Scruter les Écritures », « venir à moi », s’entendent d’une compréhension qui s’éveille par la mise en pratique de ses paroles.

Les chrétiens appliquent à Jésus le Psaume cité dans la liturgie de ce dimanche : « Non, je ne mourrai pas, je vivrai pour annoncer les actions du Seigneur. La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle : c’est là l’œuvre du Seigneur, la merveille devant nos yeux. » (Psaume 118,17.22-23)

Tag(s) : #Images d'Évangile

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :