Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Vitrail provenant de la basilique de S.Denis en France, musée de Cluny. 12° siècle.

4° dimanche de Carême / 11 mars 2018.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean     (Jn 3, 14-21)

En ce temps-là, Jésus disait à Nicodème : « De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé, afin qu’en lui tout homme qui croit ait la vie éternelle. Car Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle. Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé. Celui qui croit en lui échappe au Jugement, celui qui ne croit pas est déjà jugé, du fait qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. Et le Jugement, le voici : la lumière est venue dans le monde, et les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises. Celui qui fait le mal déteste la lumière : il ne vient pas à la lumière, de peur que ses œuvres ne soient dénoncées ; mais celui qui fait la vérité vient à la lumière, pour qu’il soit manifeste que ses œuvres ont été accomplies en union avec Dieu. »

*

Les auteurs de ce vitrail ont dessiné, au centre, la colonne surmontée du serpent de bronze « élevée par Moïse dans le désert ». C’est un épisode de la marche dans le désert après la sortie d’Égypte. Le peuple s’était révolté contre son Dieu. Et voici qu’il subit une invasion de serpents. Alors il se tourne vers son Dieu. Celui-ci dit à Moïse d’ériger un mât surmonté d’un serpent de bronze : tout homme qui se tournerait vers le serpent serait sauvé (Livre des Nombres 21,4-9).

Ici, Moïse, auréolé de rouge, les tables de la Loi en main gauche, montre au peuple le serpent de bronze à implorer du regard pour être guéri des morsures. Tout autour, les membres du peuple regardent vers le serpent de bronze. Ce regard confiant provoque la chute des serpents au pied de la colonne. Toutefois la plupart des hommes dessinés sur le vitrail regardent plus haut, vers le crucifix au-dessus du serpent, dans l’axe de la colonne. Ainsi les auteurs ont-ils illustré le lien entre le serpent de bronze et le Fils de l’homme. Ici, la parole du prophète Zaccharie peut résonner : « Je répandrai sur la maison de David et sur les habitants de Jérusalem un esprit de grâce et de supplication. Ils regarderont vers moi. Celui qu’ils ont transpercé, ils feront une lamentation sur lui, comme on se lamente sur un fils unique » (Livre de Zaccharie 12,10)

En citant cette élévation de Jésus, l’évangéliste Jean y voit à la fois son élévation sur la croix et son élévation en Dieu, ressuscité. Jésus l’avait annoncé juste avant sa mort en disant : «  Maintenant, je quitte le monde, et je pars vers le Père » (Jean 16,24).

Ainsi élevé, Jésus est manifesté comme celui qui est venu « pour que, par lui, le monde soit sauvé » et non pas « condamné ». En lui est manifesté Dieu qui « a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique ». Aussi, c’est en reconnaissant et accueillant cet amour sauveur, manifesté dans la croix et la résurrection du Christ, que l’homme s’ouvre à ce Dieu et Père et à la vie en union avec lui

L’évangéliste reprend alors ce qu’il annonçait dans son premier chapitre : « En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes » (Jean 1,4). Cette vie qui se donne par amour en Jésus est la façon dont son Dieu et Père éclaire la route des hommes et leur avenir : « La lumière est venue dans le monde… Celui qui fait la vérité vient à la lumière ».

Des Psaumes invitent à chercher cette vérité de Dieu par la parole et par des actes en accord avec elle : « Le Seigneur est ma lumière… Mon coeur m'a redit ta parole : « Cherchez mon visage. » C'est ton visage, Seigneur, que je cherche : ne me cache pas ton visage. N'écarte pas ton serviteur avec colère : tu restes mon secours. Ne m'abandonne pas, Dieu, mon salut !.. Enseigne-moi ton chemin, Seigneur, conduis-moi par des routes sûres, malgré mes ennemis… Mais j'en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur sur la terre des vivants. « Espère le Seigneur, sois fort et prends courage ; espère le Seigneur. » (Psaume 26). « Les chemins du Seigneur sont amour et vérité pour qui veille à son alliance » (Psaume 24,10).

 

PS : Vous pouvez commenter cet article tout au bas de la page.

Tag(s) : #Images d'Évangile

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :