Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Douze apôtres envoyés par Jésus, 13° siècle, vitrail, Canterbury

 

15° Dimanche Ordinaire, année B

 

Evangile de Jésus Christ selon saint Marc     (Marc 6,7-13)

 

En ce temps-là, Jésus appela les Douze ;  alors il commença à les envoyer en mission deux par deux. Il leur donnait autorité sur les esprits impurs, et il leur prescrivit de ne rien prendre pour la route, mais seulement un bâton; pas de pain, pas de sac, pas de pièces de monnaie dans leur ceinture. « Mettez des sandales, ne prenez pas de tunique de rechange. » Il leur disait encore : « Quand vous avez trouvé l’hospitalité dans une maison, restez-y jusqu’à votre départ. Si, dans une localité, on refuse de vous accueillir et de vous écouter, partez et secouez la poussière de vos pieds : ce sera pour eux un témoignage. » Ils partirent, et proclamèrent qu’il fallait se convertir. Ils expulsaient beaucoup de démons, faisaient des onctions d’huile à de nombreux malades, et les guérissaient.

*

 

Les auteurs de ce vitrail ont mis en scène les douze apôtres envoyés par Jésus. Ceux-ci, ainsi que l’accomplissement de leur mission sont présentés en quatre espaces concentriques.

 

Au centre, dans un carré, Jésus fait face à une femme couronnée. La femme signifie le « Peuple de Dieu », l’Église (« ecclesia » inscrite en grec derrière sa tête); son bâton à la main, elle écoute Jésus et garde sa parole : cette garde est signifiée par le livre qu’elle tient en main droite. Celui-ci a la tête entourée des première et dernière lettre de l’alphabet grec, A et Ω (l’A est caché par la manche de Jésus) : les auteurs nous placent face au « premier et dernier », celui qui est à la source et au bout de l’histoire humaine (Cf Apocalypse 1,1.8.17). Ce Christ enseigne son peuple, la main dressée vers le ciel, comme l’exprime Jésus à Nicodème : « Nous parlons de ce que nous savons, nous témoignons de ce que nous avons vu… Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle » (Jean 3,11…16). Il dresse les trois premiers doigts de sa main, signifiant la puissance trinitaire de sa parole : « la parole que vous entendez n’est pas de moi : elle est du Père, qui m’a envoyé » (Jean 14,24), et aussi : « vous voici purifiés grâce à la parole que je vous ai dite » (Jean 15,3).

 

Un losange entoure ce carré, source de tout le dynamisme de la parole de Dieu. Aux quatre coins de ce losange, quatre femmes signifiant quatre dons de Dieu essentiels; en tournant dans le sens des aiguilles d’une montre, à partir de l’angle de gauche : la foi, l’espérance, l’amour (charité) et l’humilité (la lecture de cette dernière est seulement probable). Les auteurs souligne ces dons à cultiver pour recevoir cette parole.

 

Ensuite quatre demi-cercles, dans un grand cercle enveloppant, portent les symboles des quatre évangélistes, quatre personnages ailés : en suivant dans le sens contraire aux aiguille d’une montre, à partit du haut à gauche, l’homme symbole de Mathieu, le taureau (ici en rouge) symbole de Luc, le lion (ici en jaune) symbole de Marc et l’aigle symbole de Jean. Ils fixent fidèlement par écrit les évangiles transmis.

 

Enfin, dans un dernier grand cercle, les douze apôtres dans douze médaillons, disposés en quatre cercles et quatre espaces entre ces cercles. Chaque apôtre peut être repéré par son nom écrit dans son médaillon (tous ne sont pas bien lisibles). Les auteurs les ont dessinés tenant en main un objet caractéristique de leur personne; dans la plupart des cas, ces objets sont les instrument de leur martyrs par lequel chacun a rendu témoignage au Christ jusqu’au don de sa vie.

 

Rappelons qu’au 13° siècle en Europe de l’ouest, le choix des chiffres et des formes ont des portées symboliques que les habitants de l’époque interprétaient sans même y penser. La forme carrée symbolise la perfection humaine : Jésus et la femme sont donc caractérisés ici par leur humanité; de même les quatre personnalisations féminines des quatre dons de foi, espérance, amour et humilité sont destinées à nourrir des humains. La forme ronde symbolise la perfection divine et sa présence au monde qu’il enveloppe de son amour : ainsi les différents cercles signifient que le divin imprègne tout l’univers jusqu’à ses confins; de même, les apôtres sont inscrits dans des cercles pour souligner le divin dont il offre leur témoignage. Le chiffre « quatre », symbole de l’humain, indique aussi les quatre axes du monde, le nord, le sud, l’est et l’ouest selon lesquelles se diffuse l’Évangile.

 

Les auteurs nous communiquent leur vision de la mission de l’église, telle qu’elle leur apparaissaient au 13° siècle. A cette époque se développaient tous ces mouvements avec les bénédictions, les franciscains, les dominicains, les vaudois, etc… C’est cette même mission dont l’évangéliste Marc nous indique ici les débuts et leurs formes résolument modestes.

Tag(s) : #Images d'Évangile

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :