Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Jésus enseigne, 16° siècle, peinture, Rosseli, Italie

 

19° Dimanche Ordinaire, année B / 12 août 2018

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean     (Jn 6, 41-51)

 

En ce temps-là, les Juifs récriminaient contre Jésus parce qu’il avait déclaré : « Moi, je suis le pain qui est descendu du ciel. » Ils disaient : « Celui-là n’est-il pas Jésus, fils de Joseph ? Nous connaissons bien son père et sa mère. Alors comment peut-il dire maintenant : ‘Je suis descendu du ciel’ ? » Jésus reprit la parole : « Ne récriminez pas entre vous. Personne ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire, et moi, je le ressusciterai au dernier jour. Il est écrit dans les prophètes : Ils seront tous instruits par Dieu lui-même. Quiconque a entendu le Père et reçu son enseignement vient à moi. Certes, personne n’a jamais vu le Père, sinon celui qui vient de Dieu : celui-là seul a vu le Père. Amen, amen, je vous le dis : il a la vie éternelle, celui qui croit. Moi, je suis le pain de la vie. Au désert, vos pères ont mangé la manne, et ils sont morts ; mais le pain qui descend du ciel est tel que celui qui en mange ne mourra pas. Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel : si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement. Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour la vie du monde. »

 

*

Le peintre a situé Jésus sur une légère éminence au dessus de tous. Curieusement Jésus est peint comme sur les représentations de l’Ascension courantes à cette époque : il est à la fois celui qui est enlevé vers le Père et celui qui vient d’auprès du Père. Alors que ses adversaires ne veulent voir en lui que « le fils de Joseph », le peintre souligne sa parole : « Je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel ».

 

L’assemblée autour de lui est présentée ici en deux groupes : en arrière de Jésus, ses disciples et, sur

le devant de la scène, la foule venue le rejoindre. Dans cette foule, le peintre a distingué deux attitudes des personnages : les uns sont assis et attentifs, les autres sont debout et discutent entre eux; il est possibles d’évoquer ainsi ceux qui adhèrent et viennent vraiment à lui et ceux qui, au contraire, « murmurent entre eux ».

 

Jésus est peint debout, le doigt la main droite pointant le ciel et la main gauche ouverte en geste qui oppose à ses adversaires un témoignage sincère. Sa parole dévoile ce qui se passe face à lui : « Personne ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire…… ».

 

Lorsque Jésus sera remonté vers le ciel après sa résurrection, les disciples reprendront ce signe du pain en son nom. En mangeant ce pain en son nom, ils témoigneront de leur foi en cette attraction du Père : la source du véritable amour, le Christ qui « donne sa vie pour ceux qu’il aime » forme un « même corps » avec ceux qui l’accueillent; il les entraine dans ce même amour et les sauve de la mort. Paul dit ce qui l’inspire : « Vivez dans l’amour, comme le Christ nous a aimés et s’est livré lui-même pour nous » (Lettre aux Éphésiens 5,2).

 

La liturgie de ce dimanche propose le Psaume 33 : « Je bénirai le Seigneur en tout temps… Je cherche le Seigneur, il me répond : de toutes mes frayeurs, il me délivre… Un pauvre crie ; le Seigneur entend : il le sauve de toutes ses angoisses… Goûtez et voyez : le Seigneur est bon ! Heureux qui trouve en lui son refuge ! »

Tag(s) : #Images d'Évangile

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :