Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

X et disciples, 20° siècle, bas-relief pierre, St Pierre de Chaillot, Paris.

 

21° Dimanche Ordinaire, année B / 26 août 2018

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean     (Jn 6, 60-69)

 

En ce temps-là, Jésus avait donné un enseignement dans la synagogue de Capharnaüm. Beaucoup de ses disciples, qui avaient entendu, déclarèrent :  « Cette parole est rude !  Qui peut l’entendre ? » Jésus savait en lui-même  que ses disciples récriminaient à son sujet.  Il leur dit :  « Cela vous scandalise ? Et quand vous verrez le Fils de l’homme monter là où il était auparavant !... C’est l’esprit qui fait vivre, la chair n’est capable de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et elles sont vie. Mais il y en a parmi vous qui ne croient pas. » Jésus savait en effet depuis le commencement quels étaient ceux qui ne croyaient pas, et qui était celui qui le livrerait. Il ajouta : « Voilà pourquoi je vous ai dit que personne ne peut venir à moi si cela ne lui est pas donné par le Père. » À partir de ce moment, beaucoup de ses disciples s’en retournèrent et cessèrent de l’accompagner. Alors Jésus dit aux Douze : « Voulez-vous partir, vous aussi ? » Simon-Pierre lui répondit : « Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle. Quant à nous, nous croyons, et nous savons que tu es le Saint de Dieu. »

*

 

Avant tout, notons que ce bas-relief peut évoquer la scène d’évangile ci-dessus, mais aussi la « profession de foi de Pierre » (Mathieu 16,13-16).

 

Le sculpteur met Jésus face aux douze apôtres groupés; il leur demande : « Voulez-vous partir, vous aussi ? » Pierre, en avant des autres, des autres réponds : « Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle. Quant à nous, nous croyons, et nous savons que tu es le Saint de Dieu. » En arrière du groupe, d’autres restent assis et refusent de suivre, comme le dit Jésus à la foule : « Il y en a parmi vous qui ne croient pas. »

 

Ces paroles de Jésus et de Pierre concluent ce long enseignement de Jésus sur le « Pain de Vie » que l’évangéliste Jean déploie tout au long de son chapitre 6. Jean nous présente la profession de foi de Pierre en Jésus de Nazareth comme un moment crucial de la vie des disciples. Ce faisant, il précise qu’il ne s’agit pas d’abord de croyances ou d’un long savoir sur Lui, mais d’une décision de compagnonnage vital avec Lui. Ainsi en témoigne la profession de foi de Pierre dans ce texte. Jésus lui-même note bien que ses disciples sont loin de saisir tout ce dont il les entretient du « Règne de Dieu », y compris dans ce discours; il le leur dira lors du dernier repas : « J’ai encore beaucoup de choses à vous dire, mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter. Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans la vérité tout entière » (Jean 16,12-13). Cette conduite se découvre peu à peu en vivant ce compagnonnage avec le Christ.

 

C’est la démarche inspirée dès le début de l’histoire du peuple hébreu. Le récit en revient plusieurs fois dans le déroulement de son histoire. La Liturgie de ce dimanche en cite un moment en 1° Lecture : quand le peuple hébreu eut franchi le fleuve Jourdain et fut entré en Palestine, la Terre Promise, Josué, successeur de Moïse, pose la question de confiance à ce peuple. « S’il ne vous plaît pas de servir le Seigneur, choisissez aujourd’hui qui vous voulez servir : les dieux que vos pères servaient dans les temps anciens ou… Moi et les miens, nous voulons servir le Seigneur. » Le peuple répondit : « Plutôt mourir que d’abandonner le Seigneur pour servir d’autres dieux ! C’est le Seigneur notre Dieu qui nous a fait monter, nous et nos pères, du pays d’Égypte, cette maison d’esclavage ; c’est lui qui… a accompli tous ces signes et nous a protégés tout le long du chemin que nous avons parcouru » (Livre de Josué 24,1-2a.15-17.18b). A tout disciple également, au long de sa vie, la question du Christ peut résonner et invite, en toute circonstance à lui renouveler la parole de notre foi.

 

Le Psaume 33 de la Liturgie invite les disciples à la confiance pour continuer la marche jusqu’au bout : « Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !..  Malheur sur malheur pour le juste, mais le Seigneur chaque fois le délivre… Le mal tuera les méchants… Le Seigneur rachètera ses serviteurs » (Psaume 33,2-3, 16-17, 20-21, 22-23).

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :