Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 Assiette de porcelaine, musée missionnaire, Avila, Espagne. 20° siècle.

 

24ème dimanche du Temps Ordinaire — Année B / 16 septembre 2018

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc     (Mc 8, 27-35)

 

En ce temps-là, Jésus s’en alla, ainsi que ses disciples, vers les villages situés aux environs de Césarée-de-Philippe. Chemin faisant, il interrogeait ses disciples : « Au dire des gens, qui suis-je ? » Ils lui répondirent : « Jean le Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres, un des prophètes. »    Et lui les interrogeait : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Pierre, prenant la parole, lui dit : « Tu es le Christ. »  Alors, il leur défendit vivement de parler de lui à personne.

Il commença à leur enseigner qu’il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, qu’il soit tué, et que, trois jours après, il ressuscite. Jésus disait cette parole ouvertement. Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches. Mais Jésus se retourna et, voyant ses disciples, il interpella vivement Pierre : « Passe derrière moi, Satan ! Tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. » Appelant la foule avec ses disciples, il leur dit : « Si quelqu’un veut marcher à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive. Car celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie à cause de moi et de l’Évangile la sauvera. »

*

Le peintre chinois a figuré Jésus, ses disciples et tout le paysage comme, anciennement, dans son pays. Jésus, habillé de bleu, montre, au loin, la ville de Jérusalem, ultime but de ses pérégrinations. C’est là qu’il va donner son ultime témoignage : « Il fallait que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, qu’il soit tué, et que, trois jours après, il ressuscite ».

 

Jérusalem montrée ainsi rappelle le projet de l'évangéliste Marc, ainsi que celui de Mathieu et de Luc : leur évangile est construit comme une montée de Jésus depuis la Galilée, région de son enfance, à Jérusalem, lieu de son passage vers le Pères, sa mort et sa résurrection. Jérusalem est le but de sa venue et de son œuvre : le lieu où est scellée l’Alliance, le lieu d’où partira l’annonce de sa résurrection en direction de tous les peuples.

 

Mais, pour marcher avec lui jusqu'au bout de ce dévoilement, la foi en Lui est nécessaire, fut-elle encore très fragile. Pierre lui-même ne peut supporter humainement cette annonce : « Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches. » Jésus lui répond qu’en prenant cette position, Pierre se coupe de Dieu en se fiant à ses seules pensées des hommes pécheur. Jésus le traite de « Satan ! », celui qui divise (le diable, en grec diabolos = le diviseur) et coupe de Dieu et des autres. Jésus reprend l’avertissement qui résonne tout au long de l’histoire d’Israël : « Mieux vaut s'appuyer sur le Seigneur que de compter sur les hommes » (Psaume 117,8).

 

Pour échapper à cette pesanteur humaine qui coupe de Dieu, celui qui veut suivre Jésus comme un petit chien se satisfaisant de cette sécurité humaine qu’il renonce à à cette vision qu’il a de lui; mais qu’il se dresse et prenne à bras le corps la misère qui l’écrase; puis qu’il « marche à mon côté » comme deux compagnons se parlant l’un à l’autre en partageant ce qu’ils vivent, l’un et l’autre en leur nom propre, sur ce chemin de rencontre. Ainsi Jésus dans sa descente dans l’humanité prenant à bras le corps la misère des hommes, lui le Créateur, dans la rencontre de chacun avec sa part de misère en son nom propre pour entrer en compagnonnage avec lui. L’image qui pourrait être associée est celle indiquée à propos de Moïse : « Le Seigneur parlait avec Moïse face à face, comme on parle d’homme à homme » (Livre de l’Exode 33,11). Une telle rencontre ne s’enseigne pas, elle se vit en cheminant sur la route, car « la foi, si elle n’est pas mise en œuvre, est bel et bien morte » (Lettre de Jacques 2, 14-18). 

Tag(s) : #Images d'Évangile

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :