Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Peinture autrichienne du 15° siècle.

 

23° Dimanche du Temps Ordinaire — Année B

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc    (Mc 7, 31-37)

 

En ce temps-là, Jésus quitta le territoire de Tyr ; passant par Sidon, il prit la direction de la mer de Galilée et alla en plein territoire de la Décapole. Des gens lui amènent un sourd qui avait aussi de la difficulté à parler, et supplient Jésus de poser la main sur lui. Jésus l’emmena à l’écart, loin de la foule, lui mit les doigts dans les oreilles, et, avec sa salive, lui toucha la langue. Puis, les yeux levés au ciel, il soupira et lui dit : « Effata ! », c’est-à-dire : « Ouvre-toi ! » Ses oreilles s’ouvrirent ; sa langue se délia, et il parlait correctement. Alors Jésus leur ordonna de n’en rien dire à personne ; mais plus il leur donnait cet ordre, plus ceux-ci le proclamaient. Extrêmement frappés, ils disaient : « Il a bien fait toutes choses : il fait entendre les sourds et parler les muets. »

*

Au centre du dessin, Jésus est suivi de trois apôtres. L’homme sourd-muet lui fait face, accompagné de trois personnes, les « gens qui le lui amènent ». Le peintre souligne les détails du texte de l’évangéliste Marc : Jésus, « les yeux levés au ciel », de ses doigts, il touche ses les oreilles et la langue de l’homme; ils sont « à l’écart, loin de la foule » représentée aux deux extrémités du tableau par des personnages de moindre taille, à gauche un groupe et à droite un homme assis.

 

Le peintre a tenu à souligner des détails très symboliques. D’abord, les trois apôtres représentés se reconnaissent selon la façon habituelle de les représenter dans la peinture de l’époque : Pierre (barbe et cheveux grisonnant), Jean (imberbe) et Jacques. Ils sont les trois témoins privilégiés de la transfiguration (Marc 9,2-8) et de l’agonie (Marc 14,32-36) de Jésus.

 

Ici, ils sont témoins des gestes de Jésus. Celui-ci mets d’abord ses doigts sur la langue et les oreilles de l’homme, symbole de la main créatrice et re-créatrice de Dieu, selon le Psaume 9B : « Dieu, étends la main ! N'oublie pas le pauvre ! » (Ps 9b,12). Puis il lève les yeux au ciel, signe de l’union d’action de Jésus avec son Père et s’en remettant à Lui, comme le rapporte Jean : « Le Père et moi, nous sommes un » (Jean 10,30). En plus, le peintre évoque la condition humaine du Fils serviteur en peignant Jésus de même taille que ses interlocuteurs mais à un niveau un peu inférieur à l’un de ceux-ci qui le regarde de haut. Avec les gestes, l’évangéliste rappelle le souffle re-créateur de Jésus, comme aux premiers jour de la création : « Le Seigneur Dieu modela l’homme avec la poussière tirée du sol ; il insuffla dans ses narines le souffle de vie, et l’homme devint un être vivant » (Livre de la Genèse 2,7). En même temps, Marc rapporte le mot de Jésus : « Effata ! », c’est-à-dire « Ouvre-toi ! ». Plus encore de la surdité humaine, cette Parole de Jésus libère de la fermeture du cœur, comme en témoigne Jean à propos de ses adversaires : « Ma parole ne trouve pas sa place en vous » (Jean 8,37). Peut-être que Marc, par le mot « soupira », évoque le dernier « soupir » de Jésus au moment de mourrir : il donne, jusqu’au dernier soupir, sa vie pour l’ouverture de cœur.

 

Le peintre indique les gestes des accompagnateurs de l’homme guéri. Deux d’entre eux sont peints les mains ouvertes, signe de celui qui reçoit, ou la main levée, signe de témoignage : « Il a bien fait toutes choses : il fait entendre les sourds et parler les muets ». Cette conclusion rappelle les nombreuses fois où les prophètes annonçaient ce signe que devait donner le Messie : « Alors… s’ouvriront les oreilles des sourds… Alors… la bouche du muet criera de joie » (Isaïe 35, 4-7a).

Tag(s) : #Images d'Évangile

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :